• L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Rédemption

    Troisième et dernier tome de la première partie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication le 17 Août 2016.

    Sur le territoire neutre et sacré de Kezal-Lei, loin des champs de bataille de la Guerre d'Exode, Xaheya Kaal se remet de ses blessures et s'investit dans la vie communautaire de la cité, cherchant à surmonter sa culpabilité dans la mort de son amant Kay Say-Shii lors du crash de leur navette spatiale Némésis aux abords de Sikhud, sur P1 ; mais à travers ses rêves et les visions de la jeune prêtresse Seha, les divinités le rappellent à son destin, inexorablement lié à l'Ecrin des Songes, qu'il le veuille ou non. Car le conflit entre les Combattants de la Liberté et les Esclavagistes menace de dégénérer à nouveau, tandis que dans la ville de Thio sur P13, les derniers membres de la famille royale Wurek préparent l'avènement de leur Prophétie.

    En quête désespérée de rédemption, Xaheya réagit aussitôt à la menace de la reprise du commandement des Esclavagistes par le Lieutenant Aeria, puis contacte son ancienne amie Tew Ateron sans hésiter... et loin de s'attendre à revoir Kay en vie. La colère sourde que ce dernier reporte contre lui pour avoir été transformé en Hybride en conséquence de blessures létales, disparaît heureusement face à la peine flagrante du Papillon, et les amants se retrouvent avec un attachement plus puissant et des sentiments plus francs qu'au début de leur relation dans les quartiers du vaisseau Sanctuaire. Ils participent donc tous deux aux opérations défensives de Lyam afin de protéger les Wureks, mais restent assez lucides pour imposer une complication de dernière minute à ses desseins ; et assez complices pour envisager le néant ensemble, liés à jamais devant les Dieux.

    Cadre diplomatique de la première saison La Légende de Xaheya, la Guerre d'Exode s'accélère aux ordres du Lieutenant Aeria, qui pourchasse les flottes spatiales et anéantit les bases alliées des Combattants de la Liberté. Contrairement à la plupart des personnages créés par l'auteure, cette femme dure et hautaine n'évolue à aucun moment dans sa manière de réagir aux évènements. Son seul souci est le résultat de ses expériences perpétrées sur les Papillons et les Wureks avec l'Ecrin des Songes ; que ses cobayes soient des enfants ou des adultes, qu'ils agonisent d'horribles mutations ou de faim sur une planète stérile, qu'il y ait des civils dans le périmètre de ses frappes offensives ne constituent pour elle que des données circonstancielles mineures. Elle s'est d'ailleurs elle-même octroyé le poste décisionnaire à bord du Pirate Stellaire en assassinant le Général Ananda, qu'elle jugeait trop indulgent et qui lui interdisait de torturer leurs prisonniers. Seul Xaheya, l'esclave fier et affranchi dont elle guette l'influence sur ses congénères, parvient à la faire sortir de ses gonds et ce dernier la hait profondément pour ce qu'elle a fait subir à son ami Numi, ainsi qu'au peuple Wurek déjà meurtri et persécuté. La Guerre d'Exode s'achèvera au bout de 452 ans sur un duel à mort les opposant sur l'inhospitalière Planète des Cauchemars.

    Mais il ne sera pas encore l'heure pour le peuple originel de se faire entendre pour réclamer justice. En parallèle de leur lutte contre les Esclavagistes pour préserver de leurs attaques leurs derniers sujets, convaincus de ne pouvoir compter sur la considération de la Fédération en cas de victoire et en temps de paix, les deux princes Lyam et Kay Say-Shii, aidés par leur soeur Nyli, organisent la réhabilitation future et forcée de leur espéce comme vengeance finale sur leurs oppresseurs, en utilisant la technologie télépathique de l'Ecrin des Songes et celle chirurgicale du Projet Atae. Abordée dès le premier volume Justice par l'intermédiaire du personnage du jeune Kain, cette avancée scientifique permettant de transplanter des organes synthétiques laisse entrevoir la possibilité d'une durée de vie allongée, de capacités physiologiques augmentées, mais présente de forts risques d'altération de la personnalité et du comportement. Elle constitue également un grave blasphème dans la religion du Sentier des Etoiles... L'Aube d'Argent à l'initiative de Lyam Say-Shii, vindicatif et endurci, quittant le système d'Exode en solitaire pour des siècles à bord du vaisseau L'Oublié, ne présage que haine, chaos et folie à son retour.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai toujours taquiné Virginie Zurbuchen avec sa tendance à faire subir de terribles épreuves à ses personnages. La fin de Xaheya Kaal est prévisible, tragique et implacable, donnant le sentiment que même le Dieu des Egarés l'a finalement abandonné. Sa légende n'en sera que plus inoubliable au fil des siècles à venir, omniprésente dans la mémoire de son amant Kay Say-Shii et du peuple qu'il a défendu, prête à marquer l'avènement de l'Aube d'Argent du sceau du courage tenace et de la volonté libre, du profond désespoir ou de l'absolution finale pour toutes les espèces du système d'Exode.

    L'Ecrin des Songes - L'Aube d'Argent : Poison >>

    Pin It

    votre commentaire
  • L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Orgueil

    Second tome de la première trilogie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication en Juin 2016.

    Onze mois après leur fuite du vaisseau principal Pirate Stellaire des EsclavagistesXaheya Kaal et Kay Say-Shyi ont rejoint les rangs des Combattants de la Liberté et achevé leur formation militaire. Leur Commandant Puum du bâtiment Sanctuaire déstabilise l'intégrité de la communauté, des membres du personnel aux officiers, par ses répliques méprisantes et ses décisions discriminatoires vis-à-vis des Papillons et des Wureks, en contradiction totale avec les principes idéalistes qu'elle est censée défendre. La Guerre d'Exode prend une tournure inattendue et meurtrière, lorsque ce dernier met Sikhud, la ville la plus peuplée de la planète P1, littéralement à feu et à sang.

    Le personnage de Xaheya Kaal est emblématique pour la saga L'Ecrin des Songes, mais également pour son auteure. Son caractère fier s'oppose viscéralement à sa condition d'esclave, inhérente à l'espèce des Papillons depuis des temps immémoriaux, au point de lui faire obtenir le rang de Quatrième Caste et les droits supplémentaires que celle-ci lui octroie, pour la première et unique fois dans toute l'Histoire du système d'Exode. La soumission totale de ses congénères aux ordres abjects du Lieutenant Aeria à l'encontre des Wureks lui inspire une répulsion plus vive encore qu'envers l'asservissement même, qui le décide à s'engager activement dans le conflit opposant les Combattants de la Liberté aux Esclavagistes ; mais les terribles décisions qu'il prend dès lors oppresseront sans répit sa conscience sous une culpabilité lourde, égale à sa sensibilité à fleur de peau. Son orgueil et sa détermination - tournant souvent à l'obstination - ne laissent indifférent aucun des personnages de l'intrigue qu'il croise, certains entrevoyant la tragédie vers laquelle le Dieu des Egarés, divinité du Sentier des Etoiles attribuée aux Papillons insoumis, semble le conduire.

    L'esclavage des Papillons par les Kaekas a divisé les populations du système d'Exode dès l'arrivée de ces derniers, quatre siècles avant le début de l'intrigue de la première saison La Légende de Xaheya. Les Combattants de la Liberté qui veulent son abolition, et les Esclavagistes qui prônent son maintien se sont affrontés au cours de batailles spatiales ou par l'intermédiaire de sabotages logistiques, dans les limites d'une guerre latente loin des planètes habitées et sans réelle incidence diplomatique. L'embrigadement forcé des Papillons par le Lieutenant Aeria, puis la révélation de l'Ecrin des Songes entre les mains de celle-ci rendent soudain les circonstances plus inquiétantes et obscures, obligeant non seulement les gouvernements fédéraux, mais aussi les citoyens indifférents à émettre leurs positions. L'auteure développe le débat sur l'esclavagisme au-delà des principes consensuels des démocraties modernes concernant les libertés et droits des peuples. En effet, la soumission des Papillons à leurs maîtres repose sur une croyance religieuse ancestrale, dont ils se sont imprégnés au fil des générations jusqu'à ne pouvoir s'imaginer vivre autrement ; jusqu'à protester vivement contre la seule idée d'une réflexion subjective... jusqu'à perpétrer des actes ignobles contre d'autres opprimés, autant de fois qu'ils en reçoivent la consigne, sans envisager une seconde malgré leurs remords à désobéir. Mais que penser de ceux qui s'évertuent à leur imposer une liberté dont ils ne savent que faire, et qui les suppriment de sang-froid lorsqu'ils refusent de quitter leurs propriétaires ?

    Les personnages créés comme les thèmes abordés par Virginie Zurbuchen ne sont jamais absolus et peuvent facilement dévier vers un dénouement tout à fait contradictoire. Tandis que l'orgueil blessé du Commandant Puum le pousse à trahir les fondements philanthropes des Combattants de la Liberté, nombreux sont les maîtres de Papillons qui soutiennent ceux-ci dans l'espoir de les retrouver après leur enlèvement par les Esclavagistes, les considérant comme des membres de leurs familles et s'inquiétant sincèrement de leurs sorts. Les populations, les planètes même d'Exode subiront les effets de la dégénérescence de ce désaccord idéologique... Mais à l'écart du champ de bataille, vers lequel toutes les attentions sont tournées, le prince Wurek Lyam Say-Shyi fomente déjà l'émergence vengeresse de son peuple persécuté et oublié de tous.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai retrouvé avec plaisir toute la perspective mature, critique et implacable propre à l'auteure dans ce deuxième opus. En parallèle des missions narrées sur P2 et P15, le lecteur se rappelle notre propre Histoire, du colonialisme en Afrique, de la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, en passant par les attentats terroristes, aux bouleversements politiques au Moyen-Orient et à la radicalisation qui ponctuent régulièrement notre actualité. Le débat est bien suscité, sans fausse délicatesse, dans le but seul d'élargir les idées et d'ouvrir les esprits, d'inspirer la perspicacité de soi et la compréhension de l'autre. Car l'Ecrin des Songes n'est avant tout qu'une boîte dorée ; ce sont les mains le détenant qui peuvent se révéler dangereuses.

    L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Rédemption >>

    Pin It

    votre commentaire
  • L'Ecrin Doré des Songes - La Légende de Xaheya : Justice

    Premier tome de la première trilogie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication le 19 Avril 2016.

    Née en 1987 en Suisse, Virginie Zurbuchen invente et illustre ses propres récits dès l'âge de trois ans. En 2006, elle se prend de passion pour la culture nippone à l'occasion de la sortie en DVD du long-métrage d'animation Final Fantasy VII Advent Children et découvre sur le Net les fanfictions de genre Boy's Love, phénomène précurseur de la communauté comme de la littérature M/M actuelle. Partant en voyage au Japon l'année suivante, plongée dans la lecture de la série graphique Crimson Spell d'Ayano Yamane, elle retrouve l'inspiration et l'ambition pour l'écriture d'intrigues originales. Les malaises de son enfance et ses ressentiments d'adulte, ses séjours réguliers en Asie, son intérêt pour l'Histoire et la Géographie rendent son style sombre, sensible et éclairé, réhaussant ses nombreux personnages de charisme et de tourments, ses décors des ombres glauques de civilisations perdues, les objets de nuances colorées ou de reflets élégants, les scènes à rebondissement de désillusion ou d'humour. L'univers de L'Ecrin des Songes prend forme sous le crayon de l'auteure, sur le carnet de notes qu'elle garde toujours à portée de main, en 2010.

    La catégorie littéraire Space Opera développe des intrigues dramatiques ou aventureuses dans un cadre spatial ou interplanétaire, scientifiquement connu ou totalement fictif, afin de pousser la réflexion sur les sujets technologiques, environnementaux et sociaux abordés de manière récurrente dans le genre Science-Fiction au-delà des seuls enjeux de l'Homme, de son mode de vie égocentrique et de ses tendances conformistes. Reconnue pour être méprisée durant la Seconde Guerre Mondiale, elle a gagné en popularité dans les années 60 grâce au roman Dune de Franck Herbert et à la diffusion des premiers épisodes de la série télévisée Doctor Who ; l'ambition et la rigueur dont bon nombre d'écrivains - tels Dan Simmons, Pierre Bordage, Jack Vance et Scott Westerfeld - ont amplifié depuis lors la portée de leurs thèmes et la complexité de leurs personnages, ont largement contribué à ce qu'elle soit aujourd'hui représentée et exploitée dans la plupart des domaines artistiques ; de la littérature avec notamment, la trilogie Les Guerriers du Silence, au petit écran avec les séries Cowboy Bebop et Stargate SG-1, dans les salles obscures avec Le Cinquième Elément et la tétralogie Alien, en passant par la bande dessinée Sillage et les jeux vidéo Mass Effect.

    Le système d'Exode compte ainsi dix-sept planètes et deux soleils, l'un étant en fin de vie. L'arrivée de la race insectoïde des Exodiens permet aux quatre espèces déjà présentes d'accéder à une technologie supérieure, capable de rendre viables et exploitables la plupart des planètes alors inhabitables ; celle de la race reptilienne des Kaekas suscite au contraire de vives protestations à propos du statut d'esclave de leurs compagnons de voyage, les Papillons. Tandis que des villes se construisent et que des gouvernements se légitiment d'astre en astre, les Esclavagistes et les Combattants de la Liberté se regroupent, rassemblent leurs moyens et s'affrontent de façon anecdotique lorsqu'ils se croisent avec leurs flottes de vaisseaux spatiaux... jusqu'à ce que l'émergence de l'Ecrin des Songes, prototype scientifique annihilant la volonté de l'individu connecté afin de lui imposer celle de son manipulateur, commence à inspirer une vive inquiétude d'un bout à l'autre d'Exode et rende ce conflit ambigu bien plus sérieux au regard des instances diplomatiques.

    Ce premier volume figurant à peine les prémices de l'intrigue et portant le nom même de son objet emblématique donne le ton dramatique, cynique et désabusé de la saga. Les alliances tournent rapidement aux manigances, la vengeance à l'obsession, la survie d'un jeune malade à un projet d'éternité horrifique ; les causes et les valeurs deviennent absurdes ou futiles, les attachements et les désirs perdent leurs sens face à la gravité des évènements et à l'opiniâtreté de leurs acteurs... Seuls la prophétie étrange du Sentier des Etoiles qui promet le salut imminent à un peuple persécuté et le Papillon Xaheya au caractère trop bien trempé pour un esclave, esquissent une infime lueur d'espoir au coeur de la détresse et de la violence, aussi sombres et profondes que l'univers infini. 

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai découvert cette série dans son ancienne édition, peu avant la publication en Août 2013 de son ultime tome Rédemption. J'ai aussitôt été captivée par son univers complexe, travaillé au niveau des psychologies des protagonistes et des rebondissements géopolitiques de l'intrigue, comme par le style d'écriture de l'auteure, aussi précis dans ses descriptions techniques et sensorielles, que pragmatique quant aux comportements et réactions des personnages. Ainsi stimulée, l'imagination du lecteur lui représente de manière finement détaillée les décors des scènes, leurs textures et leurs milieux, puis lui fait mesurer toute l'intensité et la contradiction des émotions entières, soupçonnées ou cachées ; pour parvenir à une immersion parfaite, digne d'un grand classique du genre.

    L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Orgueil >>

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique