• L'Ecrin des Songes

    Premier tome de la seconde trilogie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication en Novembre 2016.

    Quelque part dans le système d'Exode, en l'année 3028, Kay Say'shyi émerge en sursaut de son sommeil programmé d'Hybride. La Guerre de l'Esclavage a pris fin, avant que l'étoile mourante Exia n'implose et ne crée une aire de turbulences particulièrement fortes au centre du Losange ; mais la réactivation subite du prince Wurek est le signe que le projet Aube d'Argent de son frère Lyam est lancé. En quête d'un vaisseau U923 seul capable de traverser la zone chaotique où est dissimulé l'Ecrin des Songes, il rencontre Sen Seto, inspectrice de police et Xin Io, jeune pilote mécanicien, deux Papillons concernés par l'entrée illégale de cargos non identifiés du système d'Aang ne répondant pas aux injonctions des autorités. Il réalise alors que les manoeuvres mises en place vont au-delà de ce que son aîné lui avait exposé, et bien au-delà de ce que lui-même peut accepter.

    Le souvenir de Xaheya Kaal - dont le rôle est au coeur de la première saison éponyme de la saga - se rappelle dès le premier chapitre à son amant tout juste sorti de son hibernation. Ce dernier éprouve un remords aussi profond que lors de la disparition du Papillon deux mille ans plus tôt de ne pas avoir pu lui offrir une cérémonie funéraire, qui lui aurait permis de trouver enfin la paix sur le Sentier des Etoiles. Il lui tiendra d'autant plus à coeur de permettre à Xin de la faire pour sa petite soeur Shyh, décédée sous les effets de l'Ecrin des Songes et dont le corps est resté à bord de l'épave du cargo sur lequel ils ont été tous deux torturés. Bien qu'il tienne à la mémoire de celui auquel il s'est lié, Kay accepte son attirance croissante pour Xin et se montre déterminé à ne pas réitérer les mêmes erreurs qu'avec Xaheya, à ne pas laisser de silences comme de malentendus s'imposer entre eux par orgueil ou par embarras. Le jeune pilote de son côté, ne recule pas face aux natures combinées, méconnue de Wurek et artificielle d'Hybride de Kay. La seule parole de celui-ci lui suffit pour lui garder sa pleine confiance en ce qui concerne ses intentions dans l'usage de la fameuse boîte dorée, convoitée à de mauvaises fins d'un bout à l'autre d'Exode.

    Seule l'urgence à vouloir préserver son peuple du sort tragique que lui réservait la Guerre de l'Esclavage a décidé Kay à adhérer aux manigances de son aîné Lyam reposant sur les technologies de l'Ecrin des Songes et du Projet Atae. Sa réticence personnelle à agir de manière insidieuse et froide à l'encontre d'individus innocents, quelque soit leur espèce, demeure aussi forte qu'à l'époque ; mais elle se renforce au fil des évènements, lorsqu'il observe des processus imprévus - notamment, sa réactivation trois ans en retard et non par son frère, mais par une voix inconnue - et surtout, lorsqu'il découvre des opérations infâmes telles l'extraction forcée de venin de Papillons, dans le but d'en tirer un gaz mortel pour des attentats terroristes. Les missions ordonnées de Naede par le Commissaire Zar autour du fichier Ecrin 1.0, les cales remplies de cadavres de l'épave du cargo Fantôme, les cuves à poison de la base secrète B du laboratoire d'Exo et les morts violentes de détenus aux abords des mines de P15 sont autant d'éléments qui le font douter de la raison de son frère et de son influence sur les différents acteurs de l'Aube d'Argent.

    Ecrite et publiée une première fois en 2010, la seconde partie de l'hexalogie L'Ecrin des Songes implique en cette nouvelle édition davantage les protagonistes de la saison précédente La Légende de Xaheya dans l'avènement de l'Aube d'Argent, rendant à celle-ci les notes tragiques et conspiratrices du contexte dans lequel elle a été fomentée ; de l'oppression et du génocide des Wurek, de la torture et de l'abus des Papillons, de l'implication et du massacre des civils en plein conflit entre deux partis idéologiques opposés. Le système d'Exode a certes changé de structure depuis l'implosion de son étoile Exia et vingt siècles ont effacé de la mémoire collective tant l'existence de l'Ecrin que celle des Wurek... Mais le lecteur reconnaîtra l'opportunisme des décisionnaires, l'obstination des élites, les revers des bonnes intentions et le poids des causes désespérées, aussi immuables et implacables que le passage du temps à travers l'incommensurable et indifférent espace.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, je me suis replongée dans l'univers de la saga de Virginie Zurbuchen avec enthousiasme depuis sa dernière parution en 2013. J'y ai retrouvé toute la perspective pragmatique et réaliste des premières versions, mais l'érotisme fougueux qui a marqué celles-ci a cédé la place à davantage de réflexions psychologiques. L'implication augmentée de personnages de la première partie soutient parfaitement la continuité de l'intrigue autour de l'Ecrin des Songes et du Projet Atae, pour rendre les évènements conservés et développés plus logiques, plus compréhensibles et accessibles, sans pour autant amoindrir les malaises et les débats qu'ils suscitent chez le lecteur.

    L'Ecrin des Songes - L'Aube d'Argent : Folie >>

    Pin It

    votre commentaire
  • Prisoner, d'Amelita Rae

    Roman de genres Fantasy, Romance Erotique et M/M, traduit de sa version américaine et publié pour la première fois dans la langue francophone le 23 Janvier 2017.

    Auteure nord-américaine autoéditée, Amelita Rae écrit à ses débuts de courtes fictions érotiques dans le pur style du Yaoi, terme d'origine japonaise désignant les oeuvres artistiques plébiscitées par le public féminin depuis les années 80, mettant en scène des protagonistes masculins dans des relations sentimentales ou sexuelles. Détournant les codes des genres Fantasy, Fantastique et Historique, elle confirme son succès aux côtés de Yamila Abraham, fondatrice du Yaoi Press - éditeur indépendant de bandes dessinées et de romans graphiques de genre M/M - avec la sortie du recueil de deux nouvelles Taboo Gay Erotica - Thicker than Water en Octobre 2016. Parue le 1er Septembre de la même année aux Etats-Unis, Prisonnier est la première de ses dix-sept publications originales à être traduite et distribuée en France.

    Daeron ignore tout de lui-même et de son environnement. Il ne connaît que les parois sombres de sa fosse et les grilles infranchissables de l'arène des Voyeurs. Perpétuellement éreinté et blessé, il survit au seul rythme de combats à mort forcés et de rares repas qu'on lui jette d'une lucarne inaccessible. Dès l'instant où il rattrape un jeune garçon avant qu'il ne s'écrase au sol, il éprouve de nouveau de l'émerveillement, de l'affection, de la distraction et de la prévenance à son contact. Au fil du temps, le désir de communiquer avec Petit Être, de le protéger et de le posséder exacerbe ses réminiscences, ses introspections et son orgueil, jusqu'à le rappeler à sa véritable nature. 

    Utilisant la troisième personne du singulier, l'auteure donne le point de vue de Daeron et souligne ainsi son sort désespéré et soumis, auquel il ne peut seulement songer sans éprouver une douleur insupportable. La beauté angélique et la curiosité effrontée de Petit Être suscitent son intérêt et son amusement, puis font émerger à la surface de sa mémoire des sensations et des images confuses, une fierté et une possessivité oubliées comme autant de preuves d'une vaillance et d'une force entravées à son insu, dont il doit s'efforcer de se souvenir pour garantir la survie de son précieux compagnon d'infortune. Lorsqu'il retrouve enfin sa pleine liberté et sa véritable essence, la puissance mythique que cette dernière incarne - récurrente et utilisée, bien que sous diverses formes et à différents niveaux, dans toutes les oeuvres Fantasy - s'exprime dans sa vengeance implacable à l'encontre de ses oppresseurs, mais surtout dans son amour absolu à l'égard du jeune homme tombé entre ses griffes, au point de transcender leurs corps et leurs âmes. Complètement à l'opposé de l'obscure fosse crasseuse dans laquelle Daeron est maintenu captif au début du roman, son antre somptueuse et ornée rend hommage aux premières légendes médiévales telle La Chanson des Nibelung, tout comme les royaumes verdoyants aux mondes inexplorés et le soleil couchant sur l'océan aux quêtes initiatiques des grandes odyssées du genre.

    D'une candeur obstinée ou d'une arrogance malicieuse, les protagonistes d'Amelita Rae évoquent par leurs caractères et leurs descriptions ceux des mangakas Yamane Ayano et Ayumi Kasai, dont les traits fins et précis réhaussent d'élégance et de sensualité les intrigues matures, voire dramatiques de leurs oeuvres graphiques. L'auteure nord-américaine ne craint pas la polémique des sujets qu'elle aborde, qu'ils soient contextuels, philosophiques ou métaphoriques - de l'acquisition aux enchères d'une virginité dans Innocent Pet : Owned en passant par le concept d'humanité dans Abduction, à la grossesse de mâles Oméga dans The Secret Ingredient - , ni la concupiscence de ses descriptions ou de ses scènes explicites, capables de figurer aussi bien un doux fantasme amoureux qu'une bestialité sans limites.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai beaucoup attendu de ce roman. Appréciant le sous-genre High Fantasy, peu décliné dans la catégorie M/M, j'ai senti ma curiosité taquinée par son résumé ne laissant rien présager des créatures et des composantes exploitées, autant que par la manière dont l'auteure, connue pour son style érotique suggestif, pouvait les détourner ; tout en gardant malgré moi quelques appréhensions vis-à-vis de sa catégorie littéraire de prédilection, avec laquelle j'ai très peu d'affinités. Amelita Rae m'a surprise avec son écriture juste et maîtrisée, distillant parcimonieusement détails et indices tout le long du récit jusqu'à l'ultime ravissement, présenté comme le plus grandiose des trésors... Lire cet ouvrage et découvrir sa bibliographie m'a permis d'entrevoir son caractère entier, sa narration à la fois pragmatique dans les termes et généreuse dans les intentions, qui développe autour d'un érotisme aussi primitif que sensuel, à peine cachés derrière des métaphores aussi fantastiques que caricaturales, des thèmes cruels et des réflexions difficiles sur la complexité comme sur la profondeur des sentiments et des comportements humains.

    Rencontres au Gré du Vent >>

    Pin It

    votre commentaire
  • L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Rédemption

    Troisième et dernier tome de la première partie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication le 17 Août 2016.

    Sur le territoire neutre et sacré de Kezal-Lei, loin des champs de bataille de la Guerre d'Exode, Xaheya Kaal se remet de ses blessures et s'investit dans la vie communautaire de la cité, cherchant à surmonter sa culpabilité dans la mort de son amant Kay Say-Shii lors du crash de leur navette spatiale Némésis aux abords de Sikhud, sur P1 ; mais à travers ses rêves et les visions de la jeune prêtresse Seha, les divinités le rappellent à son destin, inexorablement lié à l'Ecrin des Songes, qu'il le veuille ou non. Car le conflit entre les Combattants de la Liberté et les Esclavagistes menace de dégénérer à nouveau, tandis que dans la ville de Thio sur P13, les derniers membres de la famille royale Wurek préparent l'avènement de leur Prophétie.

    En quête désespérée de rédemption, Xaheya réagit aussitôt à la menace de la reprise du commandement des Esclavagistes par le Lieutenant Aeria, puis contacte son ancienne amie Tew Ateron sans hésiter... et loin de s'attendre à revoir Kay en vie. La colère sourde que ce dernier reporte contre lui pour avoir été transformé en Hybride en conséquence de blessures létales, disparaît heureusement face à la peine flagrante du Papillon, et les amants se retrouvent avec un attachement plus puissant et des sentiments plus francs qu'au début de leur relation dans les quartiers du vaisseau Sanctuaire. Ils participent donc tous deux aux opérations défensives de Lyam afin de protéger les Wureks, mais restent assez lucides pour imposer une complication de dernière minute à ses desseins ; et assez complices pour envisager le néant ensemble, liés à jamais devant les Dieux.

    Cadre diplomatique de la première saison La Légende de Xaheya, la Guerre d'Exode s'accélère aux ordres du Lieutenant Aeria, qui pourchasse les flottes spatiales et anéantit les bases alliées des Combattants de la Liberté. Contrairement à la plupart des personnages créés par l'auteure, cette femme dure et hautaine n'évolue à aucun moment dans sa manière de réagir aux évènements. Son seul souci est le résultat de ses expériences perpétrées sur les Papillons et les Wureks avec l'Ecrin des Songes ; que ses cobayes soient des enfants ou des adultes, qu'ils agonisent d'horribles mutations ou de faim sur une planète stérile, qu'il y ait des civils dans le périmètre de ses frappes offensives ne constituent pour elle que des données circonstancielles mineures. Elle s'est d'ailleurs elle-même octroyé le poste décisionnaire à bord du Pirate Stellaire en assassinant le Général Ananda, qu'elle jugeait trop indulgent et qui lui interdisait de torturer leurs prisonniers. Seul Xaheya, l'esclave fier et affranchi dont elle guette l'influence sur ses congénères, parvient à la faire sortir de ses gonds et ce dernier la hait profondément pour ce qu'elle a fait subir à son ami Numi, ainsi qu'au peuple Wurek déjà meurtri et persécuté. La Guerre d'Exode s'achèvera au bout de 452 ans sur un duel à mort les opposant sur l'inhospitalière Planète des Cauchemars.

    Mais il ne sera pas encore l'heure pour le peuple originel de se faire entendre pour réclamer justice. En parallèle de leur lutte contre les Esclavagistes pour préserver de leurs attaques leurs derniers sujets, convaincus de ne pouvoir compter sur la considération de la Fédération en cas de victoire et en temps de paix, les deux princes Lyam et Kay Say-Shii, aidés par leur soeur Nyli, organisent la réhabilitation future et forcée de leur espéce comme vengeance finale sur leurs oppresseurs, en utilisant la technologie télépathique de l'Ecrin des Songes et celle chirurgicale du Projet Atae. Abordée dès le premier volume Justice par l'intermédiaire du personnage du jeune Kain, cette avancée scientifique permettant de transplanter des organes synthétiques laisse entrevoir la possibilité d'une durée de vie allongée, de capacités physiologiques augmentées, mais présente de forts risques d'altération de la personnalité et du comportement. Elle constitue également un grave blasphème dans la religion du Sentier des Etoiles... L'Aube d'Argent à l'initiative de Lyam Say-Shii, vindicatif et endurci, quittant le système d'Exode en solitaire pour des siècles à bord du vaisseau L'Oublié, ne présage que haine, chaos et folie à son retour.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai toujours taquiné Virginie Zurbuchen avec sa tendance à faire subir de terribles épreuves à ses personnages. La fin de Xaheya Kaal est prévisible, tragique et implacable, donnant le sentiment que même le Dieu des Egarés l'a finalement abandonné. Sa légende n'en sera que plus inoubliable au fil des siècles à venir, omniprésente dans la mémoire de son amant Kay Say-Shii et du peuple qu'il a défendu, prête à marquer l'avènement de l'Aube d'Argent du sceau du courage tenace et de la volonté libre, du profond désespoir ou de l'absolution finale pour toutes les espèces du système d'Exode.

    L'Ecrin des Songes - L'Aube d'Argent : Poison >>

    Pin It

    votre commentaire
  • Le Masque d'Eurydice, de Patrick Ferrer

    Roman contemporain de genre Thriller, écrit par l'auteur de la trilogie emblématique Le Baiser de Pandore et paru en autoédition le 26 Juillet 2016.

    La tendre enfance de Patrick Ferrer, né en Juillet 1957 dans la ville d'Oran, en Algérie, côtoie la violence et la tragédie de la Guerre d'Indépendance de l'ancienne colonie française, avant que sa famille ne rejoigne la métropole quelques années plus tard. Le jeune garçon nourrit une passion profonde pour les livres anciens, pour les récits imaginaires ou extraordinaires qu'ils peuvent contenir et dans lesquels s'aventure son esprit rêveur ; notamment, pendant d'ennuyeuses heures de classe... Il quitte d'ailleurs l'école à ses dix-huit ans, pressé d'exercer divers métiers gravitant autour des ouvrages brochés, de leur revente d'occasion en tant que bouquiniste à leur conception technique dans une maison d'édition. Mais si l'écriture de romans fait autant partie de ses envies que de ses projets, il ne s'estime prêt à écrire son premier manuscrit et à le soumettre à des éditeurs professionnels qu'au bout d'une trentaine d'années, en 2012. Resté cinq mois sans réponse, il le rend accessible en ligne gracieusement à de potentiels lecteurs sur le site MonBestSeller. Le premier volume de sa trilogie Le Baiser de Pandore y rencontre un succès certain et sélectionné pour les Prix Amazon et MonBestSeller Numérique 2015, symbolise l'émergence de la publication indépendante.

    A peine débarqué à Paris du haut de ses vingt ans, le futur auteur se donne le temps de se connaître lui-même, de découvrir autrui, puis de gagner en expérience et en sagesse avant de concrétiser ses ambitions littéraires. Le quotidien brutal et précaire de la Révolution Algérienne a laissé sur son enfance une empreinte traumatique, dont il y puise pourtant une aspiration constante à un monde meilleur, dans lequel les Hommes s'épanouiraient ensemble et se soutiendraient les uns les autres ; mais son sentiment de révolte en est d'autant plus vif face à l'indifférence et aux abus de personnes d'influence satisfaisant leurs intérêts égoïstes sur les drames humains. Son style d'écriture oscille entre poésie et cynisme, entre ironie et cruauté pour plonger sans ménagement ses protagonistes au coeur d'une intrigue abrupte, remuée par l'Histoire et l'actualité, dont les vagues de noirceur menacent continuellement de les submerger... Et ils ne peuvent compter que sur leur propre volonté et leur tenacité pour espérer y survivre. Cette force incroyable dont ils peuvent être capables, jusqu'à "transcender le temps et la vie, les émotions et la narration" s'incarne particulièrement dans le genre féminin, sublimé en ombres et en lumières, et dans cette tendance de Patrick Ferrer à ne présumer ni de ce qu'il va finalement écrire, ni de ce que le lecteur va en interpréter.

    Ce récit se découpe en plusieurs chapitres nommés d'après les vers du poème Le Léthé, tiré lui-même du célèbre recueil Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire. On y retrouve le dégoût de la malignité d'autrui comme de la faiblesse de soi, le souhait désespéré d'une existence heureuse au prix de la rédemption originelle, soulignés de références à la mythologie grecque et aux audaces érotiques. Il est intéressant de savoir que ces vers, rapprochant par leur essence le poête censuré du XIXème siècle et l'auteur indépendant de La Baie des Trépassés, ont été découverts par celui-ci après avoir achevé d'écrire Le Masque d'Eurydice.

    Cernée d'anges de marbre et d'ombres trompeuses, le personnage de L'Echalote suit sans faillir son amant, piquée de curiosité entre mauvais souvenirs et faux-semblants, secrets et mensonges, trahisons et froideurs ; du siège de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure à Levallois-Perret, en passant par Montreuil et Marseille, à l'église Westerkerk à Amsterdam. Elle cherchera ensuite l'oubli de ses propres tourments, l'absolution de ses fautes, la paix de son âme... Mais de l'une à l'autre des rives du fleuve Léthé, l'Enfer ne relâche pas si aisément ses proies.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai découvert Patrick Ferrer par l'intermédiaire de son recueil de nouvelles La Baie des Trépassés. J'y avais perçu un style d'écriture pragmatique, subtilement oxymorique, renseigné et impliqué dans ses thèmes intimistes et philosophiques... Et la lecture de ce récit plus long a satisfait toutes mes attentes. Elle est de celles qui grandissent le lecteur au fil des mots et des dénouements - pourtant sans prétention ni même intention de la part de l'auteur, qui se contente d'écrire et d'offrir - et ce dernier s'abreuve volontiers à son empathie et à sa sagesse, acceptant son présent avec délectation et empressement.

    Le Baiser de Pandore - Livre I : Reine >>

    Pin It

    votre commentaire
  • L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Orgueil

    Second tome de la première trilogie de la saga L'Ecrin des Songes de Virginie Zurbuchen, de genres Space Opera et M/M réédité en autopublication en Juin 2016.

    Onze mois après leur fuite du vaisseau principal Pirate Stellaire des EsclavagistesXaheya Kaal et Kay Say-Shyi ont rejoint les rangs des Combattants de la Liberté et achevé leur formation militaire. Leur Commandant Puum du bâtiment Sanctuaire déstabilise l'intégrité de la communauté, des membres du personnel aux officiers, par ses répliques méprisantes et ses décisions discriminatoires vis-à-vis des Papillons et des Wureks, en contradiction totale avec les principes idéalistes qu'elle est censée défendre. La Guerre d'Exode prend une tournure inattendue et meurtrière, lorsque ce dernier met Sikhud, la ville la plus peuplée de la planète P1, littéralement à feu et à sang.

    Le personnage de Xaheya Kaal est emblématique pour la saga L'Ecrin des Songes, mais également pour son auteure. Son caractère fier s'oppose viscéralement à sa condition d'esclave, inhérente à l'espèce des Papillons depuis des temps immémoriaux, au point de lui faire obtenir le rang de Quatrième Caste et les droits supplémentaires que celle-ci lui octroie, pour la première et unique fois dans toute l'Histoire du système d'Exode. La soumission totale de ses congénères aux ordres abjects du Lieutenant Aeria à l'encontre des Wureks lui inspire une répulsion plus vive encore qu'envers l'asservissement même, qui le décide à s'engager activement dans le conflit opposant les Combattants de la Liberté aux Esclavagistes ; mais les terribles décisions qu'il prend dès lors oppresseront sans répit sa conscience sous une culpabilité lourde, égale à sa sensibilité à fleur de peau. Son orgueil et sa détermination - tournant souvent à l'obstination - ne laissent indifférent aucun des personnages de l'intrigue qu'il croise, certains entrevoyant la tragédie vers laquelle le Dieu des Egarés, divinité du Sentier des Etoiles attribuée aux Papillons insoumis, semble le conduire.

    L'esclavage des Papillons par les Kaekas a divisé les populations du système d'Exode dès l'arrivée de ces derniers, quatre siècles avant le début de l'intrigue de la première saison La Légende de Xaheya. Les Combattants de la Liberté qui veulent son abolition, et les Esclavagistes qui prônent son maintien se sont affrontés au cours de batailles spatiales ou par l'intermédiaire de sabotages logistiques, dans les limites d'une guerre latente loin des planètes habitées et sans réelle incidence diplomatique. L'embrigadement forcé des Papillons par le Lieutenant Aeria, puis la révélation de l'Ecrin des Songes entre les mains de celle-ci rendent soudain les circonstances plus inquiétantes et obscures, obligeant non seulement les gouvernements fédéraux, mais aussi les citoyens indifférents à émettre leurs positions. L'auteure développe le débat sur l'esclavagisme au-delà des principes consensuels des démocraties modernes concernant les libertés et droits des peuples. En effet, la soumission des Papillons à leurs maîtres repose sur une croyance religieuse ancestrale, dont ils se sont imprégnés au fil des générations jusqu'à ne pouvoir s'imaginer vivre autrement ; jusqu'à protester vivement contre la seule idée d'une réflexion subjective... jusqu'à perpétrer des actes ignobles contre d'autres opprimés, autant de fois qu'ils en reçoivent la consigne, sans envisager une seconde malgré leurs remords à désobéir. Mais que penser de ceux qui s'évertuent à leur imposer une liberté dont ils ne savent que faire, et qui les suppriment de sang-froid lorsqu'ils refusent de quitter leurs propriétaires ?

    Les personnages créés comme les thèmes abordés par Virginie Zurbuchen ne sont jamais absolus et peuvent facilement dévier vers un dénouement tout à fait contradictoire. Tandis que l'orgueil blessé du Commandant Puum le pousse à trahir les fondements philanthropes des Combattants de la Liberté, nombreux sont les maîtres de Papillons qui soutiennent ceux-ci dans l'espoir de les retrouver après leur enlèvement par les Esclavagistes, les considérant comme des membres de leurs familles et s'inquiétant sincèrement de leurs sorts. Les populations, les planètes même d'Exode subiront les effets de la dégénérescence de ce désaccord idéologique... Mais à l'écart du champ de bataille, vers lequel toutes les attentions sont tournées, le prince Wurek Lyam Say-Shyi fomente déjà l'émergence vengeresse de son peuple persécuté et oublié de tous.

    Harem, de Charlie Audern et Kaelig Lan Plus personnellement, j'ai retrouvé avec plaisir toute la perspective mature, critique et implacable propre à l'auteure dans ce deuxième opus. En parallèle des missions narrées sur P2 et P15, le lecteur se rappelle notre propre Histoire, du colonialisme en Afrique, de la Guerre de Sécession aux Etats-Unis, en passant par les attentats terroristes, aux bouleversements politiques au Moyen-Orient et à la radicalisation qui ponctuent régulièrement notre actualité. Le débat est bien suscité, sans fausse délicatesse, dans le but seul d'élargir les idées et d'ouvrir les esprits, d'inspirer la perspicacité de soi et la compréhension de l'autre. Car l'Ecrin des Songes n'est avant tout qu'une boîte dorée ; ce sont les mains le détenant qui peuvent se révéler dangereuses.

    L'Ecrin des Songes - La Légende de Xaheya : Rédemption >>

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires