• Le Restaurant de l'Amour Retrouvé, d'Ito Ogawa

    Le Restaurant de l'Amour Retrouvé, d'Ogawa Ito

     Premier roman de l'auteure de livres pour enfants, publié au Japon en 2008, adapté en long-métrage par Mai Taminaga en 2010 et récompensé du Prix Etalage de la Cuisine 2011.

    Rinco, jeune Japonaise de vingt-cinq ans, rentre un soir à l'appartement qu'elle partage avec son petit ami à Tokyo et le constate vidé de leurs meubles et de leurs affaires à tous deux, sans le moindre mot d'explication ; seule reste, judicieusement placée dans le réduit du compteur à gaz, la jarre de saumure héritée de sa grand-mère, précieuse plus que toute autre chose à ses yeux. Elle retourne donc, après dix années d'absence, dans son village natal et chez sa mère Ruriko qu'elle méprise profondément, tout en se rendant compte qu'elle a perdu sa voix en chemin.

    Blessée par la trahison de son conjoint au point d'en être devenue aphone, Rinco - s'exprimant à la première personne du singulier - cherche tout d'abord dans le potager de la demeure familiale qu'elle a quitté sur un coup de tête la bouteille remplie d'économies que sa mère cache en terre, pour y trouver à la place sa propre boîte à souvenirs qu'elle avait elle-même enterrée. Elle retrouve avec à la fois nostalgie et exaspération le modeste village au pied des Mamelons de son enfance, l'ancien vacataire de son école Kumakichi, le vieux figuier au pied duquel elle coupe ses longs cheveux, le hululement de Papy Hibou à minuit, les stations thermales et les petits commerces aux devantures usées désormais fermés... Afin de ne pas se laisser dominer par l'accablement, la jeune femme décide d'ouvrir son restaurant comme elle en rêve depuis toujours, abordant alors avec intérêt et ferveur l'aspect terrien de la collectivité, avec ses cultures sans apports chimiques comme ses produits locaux dont elle compte se servir en cuisine. Elle adapte la remise abandonnée à l'arrière de la maison de sa mère, la décore à son idée avec des matières minérales, des teintes chaudes et des objets artisanaux, avant de baptiser l'endroit du nom de L'Escargot - en référence à la coquille que ce dernier porte inexorablement sur son dos, prêt à s'y ressourcer, voire à s'y réfugier en cas de souci - et de se vouer à sa passion culinaire.

    Forte de ses expériences dans divers établissements de la capitale, des recettes apprises de sa grand-mère et de son propre talent, Rinco accueille ses clients et confectionne des plats en accord avec leurs personnalités et leurs goûts, dans l'espoir de combler autant leurs sens que leurs esprits. Attentive aux étapes de préparation des menus, à leurs équilibres nutritifs et digestifs, minutieuse quant à leurs accompagnements jusqu'à leurs présentations dans les plats de service, elle voue un véritable respect mêlé de reconnaissance aux ingrédients dont elle veille à exploiter la moindre fibre et tous les bienfaits, adressant ses hommages aux divinités qui l'accompagnent et qui la guident aux fourneaux. Ses repas porteurs de ses émotions et de ses voeux, vrais bien que muets, marquent et secouent non seulement le palais de ses convives, mais leurs existences même ; les sensibilités réveillées, les souvenirs ravivés, les coeurs réchauffés chassent des années de tristesse et favorisent de tendres idylles, au point de susciter des rumeurs selon lesquelles les recettes de Rinco exauceraient les voeux les plus chers et combleraient les émois amoureux.

    Mais au premier hiver, après plusieurs mois d'activité à L'Escargot dédiée au bien des autres, le sort rappelle à celle-ci qu'il est aussi question de sa propre vie. Si elle ne songe plus guère à la trahison de son petit ami, Rinco garde beaucoup de ressentiments vis-à-vis de sa mère. Lorsque Ruriko avoue n'avoir plus que quelques semaines à vivre, la jeune femme s'applique à honorer sa seule et dernière requête envers elle : imaginer et réaliser dans son intégralité le repas de ses noces avec Shuichi, son amour de jeunesse retrouvé, en se servant de la chair d'Hermès, la truie domestique qu'elle chérit comme un second enfant depuis le départ de sa fille unique. Les plats et la cérémonie sont très réussis, mais Rinco ne trouve pas le courage de se réconcilier avec Ruriko avant que celle-ci ne succombe à la maladie, et sombre dans une affliction plus pesante encore qu'au début du roman, abandonnant même L'Escargot plusieurs semaines, abrutie de remords. Ce sera à son tour, après la lecture d'une lettre d'adieu laissée par sa mère et l'écoute d'explications auprès de Shuichi, de déguster un plat préparé cette fois pour elle-même, avec toute sa ferveur et toute sa compassion qu'elle a réservé jusqu'alors à ses clients, afin de reconnaître et d'accepter l'amour maladroit et craintif qu'il y avait entre elles deux ; afin de réussir à se pardonner et à soulager ses peines, retrouvant la voix en même temps que l'envie de vivre et de la partager avec autrui.

    M/M Plus personnellement, j'ai apprécié cet ouvrage comme on déguste un plat généreux et agréable en bouche, de ceux qui savent retenir à table les plus stressés et pressés des convives. Les recettes et ingrédients japonais ou étrangers cités ne laisseront pas l'ignorance du lecteur à leurs propos gêner son immersion : les aliments et préparations culinaires sont détaillés en apparence et en goût, jusqu'à leurs consistances et aux plats de service pour le faire saliver de gourmandise, puis l'accompagner aux côtés de Rinco, de ses proches et de ses clients dans ces instants évoqués de la vie, de l'amour et de l'espoir, aux saveurs alternées en douceur et amertume.

    Princesse Bari >>

    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    chezMorgane
    Mercredi 31 Mars 2010 à 19:37
    Bonsoir furiae et oui bientot les vacances et surtout les cloches hummmm ma gourmandise va encore reprendre le desssus.Je te souhaite une agréable soirée gros bisous
    2
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 20:21
    3
    Vendredi 15 Janvier 2016 à 05:48

    Thank you ^^ et bienvenue sur Eklablog !

    4
    Jeudi 10 Mars 2016 à 13:55
    Chess

    Un coup de cœur pour celui-ci, vraiment magnifique :) !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :